Pourquoi le gouvernement Maduro serait-il illégal ?

Ceux qui prétendent que Nicolas Maduro est un dictateur, un usurpateur et que son mandat 2019-2025 est illégal ont-ils posé cette question ? Ou est-ce qu'ils se contentent de répéter ce qu'ils entendent ?

Ce sont les douze pays réunis à Lima qui ont lancé ce mantra d'opinion. Leur communiqué : " Le processus électoral qui s'est déroulé au Venezuela le 20 mai 2018 manque de légitimité parce qu'il n'a pas inclus la participation de tous les acteurs politiques vénézuéliens, ni la présence d'observateurs internationaux indépendants, ni les garanties et normes internationales nécessaires pour un processus libre, équitable et transparent ". Les dirigeants d'une partie de l'opposition vénézuélienne répètent inlassablement et sans discussion que Maduro est un abuseur de pouvoir.

Le vice-président des États-Unis lui-même, Mike Pence, a été contraint par l'incompétence des dirigeants de l'opposition de lancer un appel personnel à la marche de l'opposition le 23 janvier, et il ne cesse de répéter que le président Nicolas Maduro est un dictateur illégitime. La stratégie est claire : répéter le mensonge mille fois pour le rendre vrai.

Démontons le mensonge :

1. Il y a eu des élections présidentielles. Elles se sont tenues le 20 mai 2018, c'est-à-dire avant le 10 janvier 2019, date à laquelle, conformément aux articles 230 et 231 de la Constitution, la présidence pour 2013-2019 prendra fin. Cela aurait été une violation de la Constitution si les élections avaient eu lieu après le 10 janvier 2019, ou pire encore, si elles n'avaient pas eu lieu.

2. C'est l'opposition vénézuélienne qui a demandé des élections anticipées. Elles se sont tenues en mai et non pas en décembre, comme c'était traditionnellement le cas, car c'est l'opposition qui les a demandées, dans le cadre du dialogue en République dominicaine, qui a eu lieu au premier trimestre 2018.

3. Au Venezuela, voter est un droit, pas un devoir. Ceux qui ont librement décidé de ne pas se rendre aux urnes, bien qu'influencés par un certain nombre d'organisations politiques non démocratiques, ont tout à fait le droit de rester chez eux, mais cela ne rend en aucun cas le processus électoral illégal, encore moins si cela signifie que les 9 389 056 qui avaient décidé de voter et d'exercer leur droit électoral de manière démocratique seraient ignorés et non respectés.

4. Seize partis politiques ont participé à la campagne électorale : PSUV, MSV, Tupamaro, UPV, Podemos, PPT, ORA, MPAC, MEP, PCV, AP, MAS, Copei, Esperanza por el Cambio, UPP89. Au Venezuela, tous les partis politiques ne sont pas tenus de participer aux processus électoraux. Ils ont tous les droits de participer ou non, précisément parce que notre système est démocratique. Le fait que trois partis (AD, VP et PJ) aient librement décidé de ne pas participer ne rend pas le processus électoral illégal.

5. Six candidats se sont battus pour la présidence : Nicolás Maduro, Henri Falcón, Javier Bertucci, Reinaldo Quijada, Francisco Visconti Osorio et Luis Alejandro Ratti (les deux derniers se sont retirés).

6. Maduro l'a emporté par une large majorité, avec 6.248.864 voix, 67,84% ; suivi de Henri Falcón avec 1.927.958.958, 20,93% ; Javier Bertucci avec 1.015.895, 10,82% et Reinaldo Quijada avec 36.246 voix, 0,39%. La différence entre Maduro et Falcón était de 46,91 points de pourcentage.

7. Quelque 150 personnes ont observé le processus électoral, dont 14 commissions électorales de 8 pays ; 2 missions électorales techniques ; 18 journalistes de différentes parties du monde ; 1 membre du Parlement européen et 1 délégation technique et électorale du Centre électoral russe.

8. Les élections se sont déroulées selon le même système électoral que les élections législatives de décembre 2015, l'opposition vénézuélienne l'emportant. Ce système est automatisé et contrôlé avant, pendant et après les élections. Ce système garantit le principe "un électeur, un vote" car seule une empreinte digitale déverrouille la machine à voter ; il garantit également le "secret du vote".

9. Dix-huit audits du système informatisé ont été réalisés. Les représentants du candidat Henri Falcón ont participé aux 18 élections et ont signé les lois exprimant leur conformité avec le système électoral. Les audits sont publics et diffusés en direct sur la chaîne du Conseil national électoral. Une fois les audits effectués, le système est bloqué et le seul moyen d'y accéder à nouveau est l'introduction simultanée des codes secrets détenus par chaque organisation politique.

10. Aucun des candidats qui ont participé au processus électoral n'a contesté les résultats. Il n'y a pas de fraude, pas de preuve ou d'allégations concrètes de fraude.

Les élections présidentielles du 20 mai 2018 ont été libres, transparentes, fiables, sûres et conformes à la Constitution et aux lois, malgré l'anti-démocratie.

Les élections présidentielles du 20 mai 2018 ont été libres, transparentes, fiables, sûres et conformes à la Constitution et aux lois, malgré l'appel antidémocratique à s'abstenir aux élections d'une partie de l'opposition.

D'autres veulent prendre la présidence de la République sur la base d'un prétendu vide de pouvoir, un chiffre qui n'existe pas dans notre Constitution, et de l'établissement d'un "gouvernement de transition", un chiffre qui n'est pas non plus mentionné dans Magna Carta. Comme si cela ne suffisait pas, ils ont l'intention d'exercer le pouvoir en dehors de nos frontières en violation de l'article 18 de la Constitution, qui stipule que Caracas est le siège du pouvoir public.

C'est illégal et constitue une tentative de coup d'État dans laquelle certains secteurs de l'opposition tentent de se maintenir avec l'appui d'acteurs étrangers. Ils essaient d'exercer une autorité que ni le peuple ni la Constitution ne leur donnent.

Répétons ces vérités mille fois.