Le parlement cubain dresse le bilan de 2019 et nomme un premier ministre

Du 19 au 21 décembre 2019 , l'Assemblée nationale, le Parlement cubain, s'est réunie. Les sessions sont largement rapportées dans les journaux, à la radio et à la télévision afin que la population soit bien informée de l'état des choses et des perspectives d'avenir. Petit compte rendu.

Le Parlement a discuté des travaux des commissions, de l'économie en 2019 et des perspectives pour l'année prochaine. Les projets de loi sur l'organisation et le fonctionnement du Parlement et du Conseil d'État, des conseils municipaux et des conseils populaires étaient également à l'ordre du jour. L'assemblée aégalement fixé le calendrier des lois d'exécution de la nouvelle constitution, dont un nouveau code de la famille en 2021.

Nouveau Premier ministre

Comme le prévoit la nouvelle Constitution, le Parlement constitue le Conseil des ministres et nomme un Premier ministre sur proposition du Président.

Le choix s'est porté sur Manuel Marrero Cruz, un architecte de 56 ans, député nommé ministre du Tourisme par Fidel Castro il y a 16 ans. Marrero a commencé au nord de Holguín dans le secteur du tourisme et a occupé différents postes de responsable d' hôtels dans les provinces de l'est et de Varadero. En 1999, il a été promu premier vice-président du groupe touristique Gaviota et, un an plus tard, président de l'Est. Il a donc acquis une grande expérience dans ce secteur si important pour Cuba. Sa carrière a été caractérisée par la modestie, l'honnêteté, la capacité de travail, la sensibilité politique et la loyauté au parti et à la révolution, selon le Président Díaz-Canel. Le Conseil des ministres a également été remanié, avec de nouveaux ministres de l'emploi et de la sécurité sociale, du tourisme, de l'industrie alimentaire, de l'industrie, de l'énergie et des mines et un nouveau ministre-président de la Banque centrale. Le Conseil des ministres actuel compte désormais 28 membres : un premier ministre, des ministres (adjoints) et des présidents d'institutions importantes telles que la radiodiffusion et la télévision ou l'Institut pour le sport et les loisirs.

Une année économiquement difficile

2019 n'a pas été une année facile pour Cuba avec l'intensification du blocus, et tous les objectifs n'ont pas été atteints. Plus de 1,4 million de travailleurs du secteur public ont vu leur salaire mensuel moyen passer de 667 à 1067 pesos et - en concertation avec le syndicat - 28 mesures ont été prises pour renforcer les entreprises publiques. Le nombre d'employés a augmenté de 32 500, dont 20 000 dans le secteur privé. Près de 13 000 enseignants sont retournés en classe, de sorte que le cadre est maintenant rempli pour près de 97 %. Il y avait aussi plus de moyens de transport (bus, etc.) ce qui a un peu allégé un des gros problèmes.

En 2019, le produit intérieur brut a augmenté de 0,5 %, et en 2020, la croissance devrait être d'environ 1 %. L'emploi devrait augmenter de 0,7 % et atteindre 4,5 millions, dont 68 % dans la fonction publique et 32 % dans le secteur privé.

2019 a également été l'année du renforcement des services téléphoniques et numériques : 7 millions de lignes téléphoniques, dont 6 millions sont mobiles, et plus de 3 millions d'utilisateurs des réseaux 3G et 4G, ce qui indique une avancée majeure dans l'informatisation de la société.

Le tourisme et les services de santé ont été les plus touchés par le blocus, mais ils ont réussi à accueillir plus de 4 millions de touristes, à exploiter 3855 nouvelles chambres et à produire davantage sur le marché intérieur, à attirer les investisseurs et à améliorer la qualité.

Dans la zone spéciale de développement de Mariel, ils fabriquent des produits cubains dont le marché intérieur a besoin et qui peuvent également être exportés.

Mais le plus important pour cette législature a été, bien sûr, l'adoption de la nouvelle constitution, qui renforce la société et ouvre de nouvelles voies pour l'organisation de l'État.

Unité

" C'est par l'unité que nous avons vaincu, c'est par l'unité que nous vaincrons ", a déclaré la présidente Díaz-Canel, qui a décrit le contexte difficile de l'année écoulée : l'agression de l'impérialisme avec sa guerre économique (par exemple le sabotage des approvisionnements en carburant), ses campagnes de mensonges (par exemple sur les travailleurs de la santé cubains) et 120 millions de dollars pour les " dissidents " internes. Mais le peuple cubain n'a pas cédé ! Sur le plan international, il y a eu la bonne coopération entre Cuba et la Russie, la Chine et le Viet Nam et les voisins d'Amérique latine, d'une part, et le sort d'Evo Morales et de Lula et les événements au Venezuela, au Nicaragua et au Chili, ainsi que les processus porteurs d'espoir au Mexique et en Argentine, d'autre part.

Trois priorités

Le président a également parlé des trois priorités concernant les attaques de l'adversaire sur les programmes de développement. La première priorité est d'ordre idéologique et concerne directement la défense, sur la base d'une conviction profonde. Le peuple peut comprendre et traiter tous les problèmes causés par l'ennemi s'il est clairement informé à temps.

Se renforcer idéologiquement signifie transformer les résistances en leçons, et transformer les leçons en solutions émancipatrices, se libérer des vieilles dépendances et desméthodes de travail usées.

La bataille économique est une autre priorité. L'ennemi a fait de la destruction de l'économie cubaine sa première priorité. Non seulement parce que c'est le moyen de détruire la révolution, mais parce que c'est un moyen de prouver que le socialisme n'est pas un système viable. Cependant, chaque minute de résistance à l'agression montre exactement le contraire : seul le socialisme rend possible le miracle qu'une petite nation continue à faire face à un puissant empire.

Mais résister n'est pas la seule chose. Le défi consiste également à créer autant de prospérité que possible. Cela exige une production plus importante, plus diversifiée et de meilleure qualité, avec la valeur ajoutée de la science, moins d'importations et plus d'exportations.

L'élaboration de la législation est la troisième priorité. De nouvelles lois sont nécessaires, notamment sur des questions sensibles telles que la violence sexiste, le racisme, la cruauté envers les animaux et la diversité sexuelle. Tout le monde au Parlement est responsable, non seulement de la rédaction et de l'approbation des lois, mais aussi de leur application afin qu'elles ne restent pas lettre morte.

Lisez le discours intégral de Miguel Díaz (en français).