Incendies de forêt en Amazonie : Dilma Rousseff condamne la politique de Jair Bolsonaro

Brasilia, 22 août (Prensa Latina) L'ancienne présidente du Brésil, Dilma Rousseff a déclaré jeudi que la dévastation de la forêt amazonienne est un visage terrifiant de la destruction de la souveraineté nationale et un crime contre la patrie commis par le gouvernement de Jair Bolsonaro.

L'abattage et le brûlage d'arbres, sous l'inefficacité tolérante du gouvernement, représentent une atteinte à la souveraineté nationale aussi grave que la vente d'entreprises publiques brésiliennes stratégiques comme Petrobras, qui devrait avoir lieu en 2022 ", dénonce Rousseff dans un article portant sa signature, publié sur le site du Parti des travailleurs.

Elle prévient que la catastrophe environnementale et la privatisation sont dangereuses, car certaines décisions économiques peuvent être révisées et annulées, mais l'extinction de la plus grande forêt tropicale du monde et la vente de la septième plus grande compagnie pétrolière du monde sont irréversibles.

Rousseff souligne que "ce n'est pas un hasard si, le même jour, le gouvernement néo-fasciste a accusé les organisations sociales qui défendent l'Amazonie comme auteurs d'incendies de forêt et a annoncé la privatisation de 17 entreprises publiques, ainsi que la vente de Petrobras, la plus grande entreprise brésilienne.

Elle souligne qu'il s'agit d'un projet visant à détruire le Brésil, tant ses entreprises que ses richesses naturelles.

Pour l'ancien
ne présidente (2011-2016), "la défense de l'Amazonie est devenue urgente, un problème immédiat qui doit être résolu avant qu'il ne soit trop tard. En un an, on a enregistré plus de 72 000 flambées d'incendies dans la région écologiquement riche du Brésil".

Si vous voulez entendre Dilma Rousseff, venez à Manifiesta, ces 21 et 22 septembre, où l'ancienne présidente du Brésil participera à plusieurs débats. (www.manifiesta.be)