À Cuba, le sport est un droit pour le peuple. Pourquoi Cuba obtient-il de si bons résultats aux Jeux olympiques ?

Cuba est le seul pays en voie de développement  à figurer dans le top 15 du classement des médailles, devançant de loin de grands pays comme l'Inde et l'Argentine. Ce pays des Caraïbes a remporté pas moins de 15 médailles (jusqu'à présent) à Tokyo, dont 7 médailles d'or. L'île a remporté des médailles en lutte et en boxe, mais également en athlétisme, en canoë et en judo.L’État cubain a mis en place une politique sportive globale, où personne n’est oublié et qui implique toute la population. Avant la révolution cubaine de 1959, les infrastructures sportives étaient quasi inexistantes sur l'île. Le sport n'était réservé qu'à l'élite fortunée de Cuba. Cela a changé après la révolution, quand le sport est devenu un élément important de la vie sociale de nombreux Cubains.

L'infrastructure sportive, qui se limitait à la capitale La Havane avant 1959, a été développée dans le cadre du « Plan des Montagnes », un plan pour les zones rurales. Le gouvernement a demandé aux collectivités locales quelles infrastructures sportives souhaitaient les habitants. De cette manière, un programme sportif très accessible a été mis en place dans des endroits où il avait toujours été absent.

En 1961, l'Institut national du sport, de l'éducation physique et des loisirs (INDER) a été fondé, et en 1964, chaque école a été pourvue d’un professeur de sport. Des milliers de professeurs de sport ont été formés afin que chaque école primaire puisse disposer d'un professeur d'éducation physique professionnel.

L'étape suivante a été la création d'écoles de sport de haut niveau à la fin des années 1960. Les meilleurs candidats ont été sélectionnés pour non moins de 30 écoles de sport de haut niveau.

Yamilé Aldama, ancienne athlète internationale cubaine (au triple saut) témoigne : « J'ai participé à des compétitions et les professeurs ont remarqué que j'étais rapide. Ensuite, à l’âge de 10 ans, je suis allée dans une école de sport. Nous y avons pratiqué tous les sports, même les échecs. Nous allions aux cours, mais en plus de cela, nous nous entraînions 2 à 3 heures par jour. Des médecins et des psychologues du sport étaient à notre disposition. C'était bien là-bas. »

Grâce au soutien intensif et aux ressources dégagées pour faire découvrir le sport à chaque Cubain et chaque Cubaine, Cuba a également commencé à obtenir des résultats de plus en plus satisfaisants lors des grandes compétitions internationales. Le nombre de médailles olympiques a augmenté. Cuba a atteint un point culminant aux Jeux de Barcelone, en remportant non moins de 31 médailles. Après leur carrière sportive, de nombreux athlètes deviennent entraîneurs ou professeurs de sport, et transmettent ainsi leurs connaissances aux générations suivantes.

Une politique du sport et du sport de haut niveau pour et par le peuple, où chaque Cubain, chaque Cubaine a la possibilité de donner et de montrer le meilleur de lui-même.

Quels ont été les résultats de Cuba aux Jeux olympiques de Tokyo ?

Les boxeurs cubains ont été particulièrement à l'honneur avec pas moins de 4 médailles d'or. Il y a aussi le lutteur en lutte gréco-romaine Mijan Lopez qui a réussi à décrocher son 4ème titre olympique d'affilée ! Les athlètes cubains de canoë ont également fait la surprise en remportant l'or dans l’épreuve biplace de 1 000 mètres.

En athlétisme, la Cubaine Yaimé Perez a remporté une médaille de bronze au lancer du disque et les deux athlètes de saut en longueur cubains ont remporté l'argent et le bronze. En judo et en tir, les athlètes cubains ont également remporté deux médailles de bronze. Ces très bonnes performances placent Cuba à la 16ème place du classement des médailles. Une prouesse exceptionnelle, pour petit pays du Sud.

Suggestion : On vous recommande certainement de regarder également le magnifique documentaire sur VRT.NU intitulé Running for the revolution, sur le coureur cubain Alberto Juantorena, qui a remporté une double médaille d'or aux Jeux olympiques de Montréal au 400 et au 800 mètres (devant notre regretté compatriote Ivo Van Damme). Juantorena avait été invité à Che Presente en 1997. Ce reportage brosse un joli tableau de la politique socialiste cubaine en matière de sport de haut niveau.
https://www.vrt.be/vrtnu/a-z/running-for-the-revolution/