Cuba célèbre les 60 ans de sa révolution et prépare sa nouvelle Constitution

Ce 1er janvier, cela faisait exactement soixante ans que le régime du dictateur cubain Batista était renversé. Cette année, les Cubains ont célébré les 60 ans de la révolution dans un contexte particulier : Cuba s'apprête à adopter une nouvelle Constitution et tous les Cubains sont invités à s’exprimer.

Le 1er janvier 1959, quelques centaines de rebelles dirigés par Fidel Castro et Che Guevara renversaient le régime du dictateur Batista et signaient la défaite de l’armée la mieux entraînée du continent. Les Cubains ont ainsi réussi à chasser les Américains de leur île et à construire – avec des hauts et des bas – une société où les gens passent avant le profit.

Une des plus grandes victoires de la révolution a été de sortir le pays de l’analphabétisme. Trois ans à peine après le début de la révolution, Cuba avait pratiquement éliminé ce fléau par une vaste campagne d’alphabétisation impliquant près d’un million de Cubains. 

659 000 amendements

Aujourd’hui, Cuba prépare une nouvelle Constitution. De la mi-août à fin novembre 2018, les Cubains ont été invités à discuter du projet de texte lors de débats populaires organisés dans tout le pays. Ils sont près de neuf millions à y avoir participé. Au total, 133 000 réunions se sont tenues dans les communes, les entreprises et les organismes sociaux. Plus de 700 000 Cubains vivant à l’étranger ont également été conviés à se pencher sur les textes et à soumettre leurs propositions.

Dans ce processus d’une grande ampleur, quelque 659 000 amendements ont ainsi été présentés et 60 % des articles du projet de nouvelle Constitution ont donc été modifiés.

Mariage gay : un pas en avant

Le point ouvrant la voie au mariage homosexuel fait partie des articles qui ont été modifiés. L’article figurant initialement dans le projet de nouvelle Constitution était très progressiste et il a fait l’objet de nombreuses controverses. La société cubaine ne semblant pas encore prête à l'adopter tel quel, on a préféré opter pour une formulation neutre qui laisse néanmoins la porte ouverte à de nouvelles discussions sur le mariage homosexuel dans le cadre du futur code de la famille. C’est donc un pas en avant par rapport à l’actuelle Constitution qui considère toujours le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme.

Un autre des articles modifiés concerne les droits des personnes arrêtées. Les droits des suspects, tant avant que pendant l’audition, bénéficient désormais d’une meilleure garantie. Tout suspect a ainsi le droit à l’assistance d’un avocat dès le moment où il est arrêté et pendant la première audition. En Belgique, depuis 2011, la loi dite « Salduz » garantit également ce droit à tout suspect interrogé.

Les personnes physiques et morales pourront dorénavant intenter une action en justice si les autorités portent atteinte à leurs droits constitutionnels.

La Révolution se réinvente

Au cours de ces dernières semaines, le projet de texte a été réexaminé, mais cette fois à la lumière de tous les amendements et en concertation avec des spécialistes en droit constitutionnel et experts de différents domaines et disciplines. Le nouveau texte approuvé sera soumis à referendum le 24 février prochain.

En attendant, le président cubain Miguel Diaz-Canel et ses ministres continuent d’impliquer la population, notamment en rendant compte de leur travail à la télévision et en visitant les gens sur le lieu de travail et dans les quartiers dans toutes les provinces du pays, encourageant ainsi un dialogue permanent.

La Révolution cubaine, du haut de ses soixante printemps, s’active autour de ce processus de réforme constitutionnelle et se réinvente une fois de plus.