A propos de cubanismo.be

Cubanismo.be est un mouvement belge de solidarité avec Cuba. L'organisation fut fondée en 1992, à l’occasion du renforcement du blocus des Etats-Unis par la loi Torricelli, et s'appelait alors Initiative Cuba Socialista (ICS). En octobre 1994 nous organisions pour la première fois l’évènement annuel de solidarité avec Cuba ‘Che Presente‘. Dix années plus tard, en 2004, nous avons commencé à organiser des membres. A ce jour, nous avons franchi le cap de 800 membres. Nous travaillons sur la base d'une plate-forme qui soutient la révolution cubaine. En 2017, nous avons décidé de changer de nom et de nous appeler désormais cubanismo.be, car l'amalgame de dénominations (ICS, le site web cubanismo, Che Presente) prêtait à la confusion. Avec cubanismo.be, nous espérons exprimer clairement notre identité d'organisation belge de solidarité avec Cuba.

Que faisons-nous?

Chaque année, nous organisons la journée de solidarité ‘Che Presente' , ainsi que des journées de formation. Nous faisons des campagnes et (co)organisons des actions en solidarité avec Cuba, et contre le comportement des Etats-Unis et l'Europe vis-à-vis de Cuba. Régulièrement, nous accueillons des personnalités cubaines. Nous organisons des voyages d'immersions avec la population locale cubaine, ceci surtout pour les jeunes et les syndicalistes. Nous participons aux actions de solidarité nationales et internationales. Via notre site cubanismo.be nous diffusons régulièrement des informations. Cubanismo.be est représenté par des groupes locaux. Quiconque veut apprendre et comprendre la réalité cubaine et la diffuser, est invité à travailler avec nous. Etes-vous de tout cœur avec Cuba ? Alors, venez renforcer nos rangs en devenant membre de cubanismo.be.

Contact:

Cubanismo.be
53 Chaussée de Haecht
1210 Bruxelles

Tel.: +32 (0)2 209 23 63
E-mail: info@cubanismo.net

Vous vous intéressez aussi à la solidarité avec d’autres pays du sud? Visitez le site web de notre organisation-sœur intal

 

 

 Initiative Cuba Socialista

 

Plate-forme

Notre vision

Notre mission

Statuts

 

Lors de sa création, ICS s'est basée sur la plate-forme ‘Paix pour Cuba’, lancée par Ramsey Clark (ancien secrétaire d’Etat des Etats-Unis de la justice), Hary Belafonte, Alice Walker, Frei Betto, Eduardo Galeano, Noam Chomsky entre autres. A la demande d’ICS, cette plate-forme a été signée par une série de personnalités belges:

LA PAIX POUR CUBA

Pour assurer la paix et mettre fin au militarisme, pour garantir le droit à la souveraineté et l'autodétermination de tous les pays et peuples, afin d'obtenir pour chacun justice économique et sociale, nous déclarons:

1. Il ne peut y avoir aucune action militaire contre Cuba de la part des États-Unis et leurs alliés.
2. Toutes actions secrètes militaires et économiques contre Cuba doivent être arrêtées.
3. Les pays qui entretiennent des relations diplomatiques ou commerciales avec Cuba ne peuvent pas être l'objet de représailles ou intimidations.
4. Toutes les limitations de voyager à Cuba doivent être levées.
5. La base navale des États-Unis dans la baie de Guantánamo doit être fermée.
6. La souveraineté de Cuba doit être respectée.
7. Les relations entre Cuba et les États-Unis doivent être normalisées.

Nous ajoutons que nous demandons également à l'Union européenne et à tous les autres pays et institutions de reconnaître la souveraineté et le droit à l'autodétermination de Cuba, et nous exigeons une normalisation complète des relations internationales avec le pays.

en haut

 

Notre vision

Pourquoi défendre la révolution cubaine?

L’histoire du peuple cubain est celle de la lutte contre le colonialisme espagnol et la tutelle des États-Unis.

Après la décolonisation et avant 1959, Cuba était un pays où les États-Unis dominaient et possédaient les principales entreprises. Le Cubain lambda était pauvre, illettré et avec un accès tout à fait insuffisant à l’éducation ou aux soins de santé payables. Le racisme, les brutalités policières, la censure, les attaques contre les droits syndicaux et les politiciens corrompus étaient monnaie courante.

Les forces progressistes essayèrent en vain de changer les choses d’une façon pacifique. Des milliers de militants ont été assassinés ou condamnés à l’exil. Le jeune avocat Fidel Castro, animé par les idées du combattant de la liberté José Martí et inspiré par le marxisme, ensemble avec un groupe de partisans, entama le combat contre Batista, le dictateur odieux. Très vite, ils ont pu compter sur le soutien massif de la population.

Le 1er janvier 1959, l’armée rebelle remporta la victoire, sous la direction de Fidel et Raúl Castro, Che Guevara, Camilo Cienfuegos et quelques autres. Dans les années suivantes, le peuple cubain entreprenait la transformation révolutionnaire du pays, avec, à court terme, des succès impressionnants (ex.: l’alphabétisation, la réforme agraire, les soins de santé).

Cuba a développé, pas à pas, son propre modèle socialiste, avec des hauts et des bas. Il pouvait compter sur la coopération et l’aide des autres pays socialistes mais il ne s’est jamais laissé dicter la manière dont il devait construire son socialisme. La constitution révolutionnaire de 1976, approuvée par référendum par une grande majorité de la population, choisit le socialisme comme projet social. En 2002, plus de 9 millions de Cubains ont réaffirmé ce choix.

Les dirigeants révolutionnaires cubains ont réussi à unir le peuple cubain et à le mobiliser pour édifier une société centrée sur l’indépendance, la justice sociale et le progrès pour les travailleurs. La majorité écrasante des Cubains a choisi un modèle socialiste authentique de démocratie participative, un développement culturel, une économie planifiée, un enseignement et des soins de santé de qualité, gratuits et accessibles à tous. Une augmentation notable du niveau de vie en fut le résultat. Aujourd’hui, Cuba, pays du tiers monde, atteint au niveau du développement social, des chiffres comparables à ceux des pays riches et des plus avancés économiquement.

En outre, sur le plan international, les Cubains se sont distingués par leur engagement conséquent pour les pays du Tiers Monde qui luttaient pour leur indépendance et qui s’opposaient à la domination de l’establishment étasunien.
Le lien de solidarité très fort avec le Vietnam en lutte contre les États-Unis ainsi que leur soutien à la lutte contre l’Apartheid et pour la libération de Nelson Mandela en forment les épisodes les plus remarquables. Cuba est à l’origine du Mouvement des Pays Non-Alignés et développe une solidarité sans précédent, entre autres en envoyant ses médecins et techniciens jusqu'au fin fond des pays et en accueillant des milliers d'étudiants étrangers pour suivre des études universitaires.
Che Guevara, ministre dans le gouvernement cubain, puis actif au Congo et en Bolivie, où – sur ordre de la CIA – il fut assassiné, a inspiré des jeunes du monde entier.

L’establishment étasunien a réagi en empoisonnant la vie du gouvernement cubain et de toute la population : un blocus économique, financier et commercial, des pressions sur des pays tiers pour qu’ils cessent toute collaboration avec Cuba, le soutien à l'opposition interne, des campagnes médiatiques internationales de désinformation, des actions de sabotage et des attentats terroristes. En 1961, les États-Unis ont organisé une invasion de contrerévolutionnaires cubains à Playa Girón (la Baie des Cochons) pour remettre sur pied un gouvernement pro-États-Unis. Le peuple cubain refoula les envahisseurs en seulement 72 heures. Cette victoire historique fut la première défaite des États-Unis en Amérique latine.

Lorsque au début des années 90 les gouvernements de toute une série de pays socialistes décidèrent de suivre la voie capitaliste, Cuba resta fidèle à son choix d’édifier une société socialiste. Cependant, la transformation du contexte international – la perte de ses partenaires socialistes signifiait le second séisme économique après la rupture des relations avec les États-Unis - et le renforcement du blocus par les lois Torricelli et Helms-Burton ont provoqué une crise de grande ampleur, dont le pays ne s'est toujours pas complètement remis. Cette période spéciale coûta très cher au niveau du développement économique ainsi qu’en termes de développement social et d’égalité.

Par sa position conséquente Cuba reste un exemple pour des millions d'êtres humains et est devenu le père spirituel de la renaissance sociale et démocratique en Amérique latine (le Venezuela avec Chavez, la Bolivie avec Evo Morales, etc.). Ensemble avec le Venezuela, il est à la base de l’ALBA, une coopération entre des pays sur la base du respect mutuel et de la solidarité. Malgré le fait que Cuba ne menace aucun pays, les États-Unis continuent à mettre tout en œuvre pour revenir en arrière et reprendre Cuba sous leur contrôle. L'Union européenne a longtemps suivi les États-Unis dans leur politique agressive contre Cuba en montrant un même manque de respect pour la souveraineté de Cuba. L'Accord de dialogue politique et de coopération, récemment adopté par le Parlement européen, semble marquer un tournant positif envers Cuba. Les Etats membres de l'UE doivent encore le ratifier.

Nous estimons que la lutte de Cuba pour une société plus juste et un monde meilleur mérite notre solidarité.

en haut


Notre mission

Trop peu de gens sont au courant de la vie réelle à Cuba, de son rôle dans le monde et de la manière dont les États-Unis et l’Europe traitent Cuba. Nous voulons changer cela. Nous sommes convaincus que les personnes qui se rendent compte de cette réalité voudront s'engager avec plaisir pour soutenir Cuba.

Nous sommes une organisation (auto)critique et indépendante, composée de volontaires et seule responsable pour tout ce que nous disons et faisons. Nous nous adressons en premier lieu à la population en Belgique, sans distinction de couleur, de langue ou d’opinions politiques ou religieuses. En bref, nous voulons discuter, voire collaborer avec tout ceux qui s’intéressent honnêtement pour Cuba.
ICS fonctionne sur la base des cotisations des membres, de la récolte de fonds via le site et les groupes locaux ainsi que de l'appui de l'asbl Globalize Solidarity. GS nous donne, à nous et à notre mouvement sœur intal (www.intal.be), un appui au niveau du secrétariat et des finances par des canaux divers, sur la base d’un accord de coopération à renouveler chaque année.

ICS veut réaliser les revendications de la plate-forme et vise pour cela, au niveau belge, à informer, organiser et mobiliser autant de personnes que possible.


Informer

Lorsque les médias parlent de Cuba, la plupart du temps on nous sert un cocktail de 10% d’information et 90% d’interprétation. Il est rare que l'on entende la version cubaine des faits. Nous voulons combler quelque peu ce vide. Au lieu de nous baser sur les interprétations toutes faites par les agence de presse américaines, nous partons de sources originales cubaines et des médias alternatifs. Nous traduisons des textes des médias cubains (Granma, Trabajadores, Juventud Rebelde, Prensa Latina, …).

Nous publions régulièrement des interviews avec des responsables cubains. De cette façon nous essayons de présenter une image qui colle plus à la réalité quotidienne de Cuba. Une réalité avec des facettes dures, avec beaucoup de problèmes, mais également avec de belles prestations dont ils sont, à juste titre, fiers. Et avant tout : une réalité au-delà des clichés habituels.

Nous publions nos propres analyses, reportages, bulletins d’information. Nous éditons des livres et des brochures et produisons des présentations et des éventails d’informations spécifiques.

Nous étudions la réalité cubaine et les rapports de force dans le monde afin de pouvoir présenter une image équilibrée et argumentée.

Nous organisons régulièrement des activités d’information et de formation et nous offrons aussi un accompagnement de voyage, ciblé sur les jeunes et les syndicalistes.

Chaque année, nous organisons CHE PRESENTE, une journée nationale de solidarité, avec une offre importante de conférences et ateliers mais également avec beaucoup de musique et d'ambiance. Outre une offre d’information sérieuse, nous vous invitons à savourer une ambiance cubaine, accompagnée d’un mojito exquis, un cigare Havana ou un pas de danse salsa.

www.cubanismo.net est le site web d’Initiative Cuba Socialista. Par “cubanismo” on entend : les expressions espagnoles typiquement cubaines que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Nous avons choisi ce nom parce que nous voulons en effet faire ressortir ce qui est typiquement cubain. Car Cuba est à plusieurs niveaux un cas à part en Amérique latine et dans le monde. Nous vous envoyons cub@ctua, notre lettre d’informations numérique, pour vous tenir au courant de tout ce que nous faisons.

 

Organiser

En 2004 nous avons commencé à développer ICS en tant que mouvement de membres. Entre-temps nous avons franchi le cap des 800 membres et notre objectif est d'intégrer tous ceux qui portent Cuba dans leur cœur. Être membre d'ICS est une très bonne façon de manifester votre solidarité avec Cuba et, par votre cotisation et votre apport pratique, aider à développer une organisation capable d’influencer la politique et de déployer des actions qui relèvent le moral des Cubains. Au plus nous sommes nombreux, au plus nous aurons du poids .

En tant que membre d’ICS, vous payez une cotisation annuelle et vous pouvez participer ou collaborer à tout ce que fait ICS, de plusieurs manières et selon votre temps libre et vos intérêts. ICS vous informe de toutes ses activités. Vous obtenez des réductions à nos activités et produits.

Si, en tant que membre, vous voulez vous engager activement, vous pouvez vous engager comme volontaire dans un groupe local. Un groupe local contribue au développement du mouvement, mobilise pour les campagnes et activités nationales et prend des initiatives locales. Les groupes locaux sont le visage d’ICS et ils assurent notre présence au niveau local. Ils s’autofinancent et contribuent à générer les fonds nécessaires permettant le fonctionnement d’ICS, par le biais d’actions et d'événements locaux.

 

Mobiliser : action!

ICS réalise des actions concrètes : récolter des pétitions pour la libération des Cinq, actions de protestation devant les ambassades des États-Unis, manifester contre le blocus, accueillir des invités cubains, du travail bénévole à Cuba, manifester notre solidarité, organiser des voyages d’étude, réaliser des activités pour récolter des fonds dans le cadre de la solidarité avec Cuba et de nos campagnes, s’adresser aux hommes et femmes politiques pour que la politique par rapport à Cuba soit menée sur une bonne base, etc.

ICS collabore avec d’autres organisations de solidarité européennes et participe à des forums internationaux. En Belgique aussi (en Flandre, Wallonie et Bruxelles) ICS veut collaborer avec un maximum d’associations.

en haut

 

Statuts

ICS fonctionne sur la base des règles suivantes.
Vous retrouverez la structure générale d’ICS dans l’organigramme (voir plus loin). ICS est composée de membres, de groupes locaux, d'un groupe de pilotage et d'une direction nationale. Il y a un secrétariat, une équipe de rédaction et des groupes de travail ad hoc.

Définitions:

Membre : titulaire d’une carte de membre ICS, avec la possibilité d’intégrer un groupe local
groupe local : organisation locale de membres actifs d’ICS
groupe de pilotage : organe dirigeant d’ICS
direction nationale : représente et dirige ICS entre les réunions du groupe de pilotage

bureau national : composé des membres de la direction nationale et de membres du comité de pilotage, assure le suivi des décisions de la direction nationale et du groupe de pilotage, prépare les réunions du groupe de pilotage
secrétariat : structure qui gère les ressources humaines, matérielles et financières
équipe de rédaction : groupe de personnes responsables du site web et des publications d’ICS
groupe de travail : groupe de personnes chargées d’une tâche particulière, composé en fonction des besoins

 

Le membre

1) paie une cotisation annuelle
2) soutient la vision, la mission et les statuts d’ICS
3) reçoit la lettre d’informations digitale nationale (et éventuellement locale)
4) obtient une réduction aux activités et sur les produits d’ICS
5) peut s’intégrer dans un groupe local
6) peut, avec l’approbation et l’appui du groupe de pilotage, lui-même créer un groupe local
7) ne peut pas représenter ICS sans mandat attribué par le groupe de pilotage


Le groupe local

Les groupes locaux se réunissent selon une régularité autodéterminée pour mener les campagnes nationales et prendre des initiatives locales.

1) Chaque année, les membres du groupe élisent un président, un secrétaire et un responsable financier.
2) Le groupe local prend ses décisions par consensus.
3) Le président convoque les réunions, les préside et représente le groupe à l’extérieur et au sein des structures d’ICS.
4) Le secrétaire rédige les procès-verbaux et gère les archives.
5) Le responsable financier s’occupe de la bonne gestion des fonds.
6) Le président, le secrétaire et le responsable financier constituent la direction et représentent le groupe ; ils rendent des comptes au groupe.
7) Le président représente le groupe local dans le groupe de pilotage.
8) En cas d’empêchement du président, le groupe local peut désigner ponctuellement un remplaçant pour assister aux réunions du groupe de pilotage.
9) Le président assure la communication entre les membres et le groupe de pilotage.
10) Le groupe local s’investit pour les initiatives nationales du mouvement et collabore aux campagnes nationales selon ses capacités locales. A cet effet il rédige un planning annuel.
11) Le groupe local essaie d’organiser plusieurs initiatives locales par an.
12) Le groupe local ne développe pas de campagnes, récoltes de fonds ou projets propres en dehors de ceux décidés au niveau national, sauf approbation du groupe de pilotage.
13) Le groupe local garde un montant raisonnable dans sa caisse et verse les recettes des activités au profit des campagnes ou projets nationaux.
14) Le groupe local peut éditer des publications propres, moyennant l’accord sur le plan du contenu du groupe de pilotage.
15) Un nouveau groupe local peut, en vue de sa consolidation, compter sur l'appui direct du groupe de pilotage.
16) En cas de crise dans un groupe local, le groupe de pilotage peut mandater un représentant pour aider à trouver une solution.
17) En cas de non-respect des statuts par un membre, le groupe local peut demander à la direction nationale d’exclure ce membre ou de prendre d’autres mesures. La direction nationale prend la décision finale, après avoir entendu l’intéressé.


Groupe de pilotage et direction nationale

1) Le Groupe de pilotage est composé
- des membres de la direction nationale
- des présidents des groupes locaux ou de représentants de groupes locaux désignés comme remplaçants
- de membres consultatifs ayant une connaissance spécifique de certains secteurs ou groupes (ex.: syndicats, jeunes)
- de personnes clé de régions sans organisation locale, sur la proposition de la direction nationale et approuvé par le groupe de pilotage
- de personnes invitées par la direction nationale (par exemple : personnel de l’ambassade)
- des membres du personnel du secrétariat
Le groupe de pilotage approuve sa composition au début de l'année ou dans le courant de celle-ci, si nécessaire.
2) Le groupe de pilotage élit un président national, un vice-président et un responsable financier.
3) Le président national, le vice-président et le responsable financier constituent la direction nationale, assistée par le secrétariat.
4) Le groupe de pilotage se réunit chaque mois. Une compensation pour frais de voyage avec le transport en commun peut être demandée.
5) Le groupe de pilotage approuve le rapport annuel et établit le planning annuel.
6) Chaque année, le groupe de pilotage approuve l’accord de coopération avec l’ONG Fonds de Soutien du Tiers Monde.
7) Le groupe de pilotage décide du budget annuel d’ICS, en concertation avec l’ONG Fonds de Soutien du Tiers Monde.
8) Le groupe de pilotage discute de la mise en œuvre des campagnes, des problèmes des groupes, de la création de nouveaux groupes, du soutien au fonctionnement local, etc.
9) Les membres du groupe de pilotage assurent l’échange des expériences entre les groupes locaux.
10) Le groupe de pilotage organise une consultation de tous les membres lorsqu’il est question de modifications importantes au texte de la plate-forme, le programme ou les statuts.
11) Toutes les décisions sont prises par consensus ou par vote lorsqu’au moins 1/3 le réclame et, dans ce cas, une une décision est prise par majorité simple (50 % + 1) ; les décisions sont exécutées de façon loyale et collégiale.
12) La direction nationale peut créer des groupes de travail pour élaborer certains aspects de campagnes, pour régler des problèmes ou des questions spécifiques (ex.: équipe de rédaction du site web, l’accompagnement de voyages, dossier de subsides, projets, etc.).

Le bureau national :

est composé des membres de la direction nationale et de membres du comité de pilotage, assure le suivi des décisions de la direction nationale et du groupe de pilotage, prépare les réunions du groupe de pilotage
L’équipe de rédaction

1) est composée de personnes proposées par la direction nationale et désignées par le groupe de pilotage.
2) est responsable du contenu et de la mise en page du site web.


Groupes de travail

Les groupes de travail s'occupent de missions spécifiques.

en haut
 

Liste des signataires du plate-forme 'Paix pour Cuba'

Abicht Ludo, auteur et président Masereelfonds
Alsteens Gerard, GAL, artiste
Auwera Fernand, auteur
Beauvois André, sécretaire général CGSP-Liège
Binge Paul, CMB-Brabant
Boetto Hector, artiste
Boogaerts John, président national ABVV, sector GAZELCO
Borghmans François, délégué syndical chimie
Bosmans Marleen, coopératrice SAGO
Braem Martin, auteur
Braeckman Maruja
Calvo Ospina Hernando, journaliste et auteur
Camerlynck Urbain, délégué principal FGTB pensionné à Siemens Oostkamp
Castro Manuel, secrétaire syndical FGTB (CMB-Brabant)
Claus Hugo, auteur
Coenen Martin, journaliste
Convents Ria, avocat
Coumont Raymond, président 'Recontres pour la Paix'
Courteaux Willy, journaliste
De Selys Gerard, journaliste
De Wolf Ferdy, sécretaire général Algemene Centrale ABVV
Deceukelier Philippe, syndicaliste, Liège
Deceuninck Herman, fonctionnaire
Deckers Willy, théologien et auteur
Dermagne Jean-Marie, avocat
Deschrijver Guido, Solidarité avec Guatemala
De Vos Pol, Fonds de Soutien Tiers Monde asbl
Dirkx Erik, porte-parole délégation ABVV- Degussa Antwerpen NV, membre de direction Centrale Générale ABVV Antwerpen-Waasland
Doumen Maggy, auteur
Ducal Charles, auteur-poète
Dumont Réginald, prêtre-auteur
Dury Jean-Marie, sécretaire C.N.E.
Evrard Paul, CUBA1FRONT
Fillet Mark, journaliste
Foubert Jef, retraité
Garcia Lourdes Carmen, collaboratrice
Goethals Johnny, acod UZ- Gent, organisateur Gentse bedden voor Cuba
Gonnissen Ril, docent phfilosophie
González Ramos Abel, secrétaire syndical FGTB (CMB-Bruxelles)
Groupe de Travail Honduras
Gryp Eric, ex-senator
Guzman Luis, Chileen, réfugié politique
Happart José, ex-député européen
Harnie Cecile, qui a déposé le projet de loi Objectif 479.917, ex-senatrice
Haverbeke Gust, sécretaire régional ACOD Limburg
Hemmerechts Kristien, auteur
Houtart François, professeur UCL
Hautekeete Tim, Centrale Culturelle Marianne, ABVV West-Vlaanderen
Kruithof Jaap, professeur retraité RUG et RUCA
Le Blon Ronald, ABVV-délégué Total Raffinaderij Antwerpen
Lecompte César, théologien
Lootens Paul, sécretaire centrale générale FGTB
Louckx Fred, professeur VUB
Lubansu L., FGTB
Maes Karel, président ACOD St. Niklaas, Masereelfonds St. NiklaasMartens Albert, professeur KUL
Martens Ludo, président PTB
Martin André, FGTB-esperanto en KIS/bel-KEKranto
Masson Nadine
Melis Lode
Mondelaers Toon
Mommaerts Omer
Moraga Muñoz Alejandro, travailleur sociale, Rencontre des Continents
Mousset Renée, sécretaire nationale CGSP
Muylaert Laurette, sécretaire nationale ACOD-culture
Ntacorigira Victor
Paulsen Marco, représentant Lautaro Chili
Peemans Jean-Philippe, professeur UCL
Pestieau Jean, professeur UCL
Piersotte Jean-Marie, syndicaliste
Piret Bauduin, redacteur Contradictions
Rillaers Alexandra
Rillaers Guy
Romain Roger conceiller municipal Coucelles
Rooman Mark, directeur Vaartkapoen
Schram Jacques, tailleur de diamants
Sellekaerts Jean-Pol, secrétaire syndical CMB
Serrano Perez-Luis, 'Esperantisto por Kubo'
Sörensen Patsy, ancienne parlementaire européenne
Jan Soetewey, collaborateur Chrétiens pour le Socialisme
Somville Roger, artiste
Staal Leon, sécretaire général retraité AC limburg
Frank Stappaerts, président Humanistisch Verbond-Antwerpen
Stevens Marc, conseiller communal Essen
Swinnen Jan, échevin decoopération au développement à Lommel
Tablada Carlos, auteur-économiste cubain
Timmer Piet, norbertin
Van Camp Marc, journaliste
Van Den Enden Hugo, professeur éthique RUG
Van der Poorten Jan, délégué principal ABVV / FGTB Volkswagen Bruxelles
Van Dierdonck Bert, goupe de travail Monde, Marke
Van Duppen Dirk, Médecine pour le Peuple
Van Hees Jean, Dialogue des Peuple
Van Krunkelsven Luc, actif dans le mouvement écologiste
Van Moorter Geert, Médecine pour le Tiers Monde
Van Outrive Lode, député européen
Van Swieten An, ex-conseiller provincial
Vandepitte Marc, philosophe
Vanderlooy Raymond, W-kap, délégué LBC
Vangeneugden Diane, responsable librérie De Groene Waterman
Verstappen Jan, Rencontres pour la Paix
Verstappen Jean, ex-senateur
Verstappen Luc, association Belgique-Viëtnam
Wattier Jacques
Welvaert Sonja, travailleuse socio-éducative ACOD-ABVV
Wuytack Frans, artiste 

en haut