Libéréz les Cinq

LES CUBAN FIVE: ENFIN LIBRES

Merci de votre soutien pour cette campagne mondiale


Chers amis,

Enfin! Tous les Cuban Five - Gerardo Hernández, Ramón Labañino, Antonio Guerrero, Fernando González et René González - ont rejoint leurs familles à Cuba. L'injustice a duré plus de 16 ans, depuis leur arrestation à Miami le 12 septembre 1998. Ils avaient infiltré des organisations terroristes anti-cubaines afin de prévenir des attentats contre leur pays. Suite à leur arrestation, ils ont subi des mises en isolement pendant plusieurs mois, des problèmes - allant jusqu'au refus - de visites familiales, et un procès politique qui allait aboutir, en 2001, à des peines longues et absurdes. Les sanctions accumulées s'élevaient à quatre condamnations à vie + 77 ans. La procédure en appel allait traîner pendant des années. En décembre 2009, la procédure se terminait avec une réduction considérable des peines pour trois des cinq, conséquence de la pression de l'opinion publique  mondiale. Cependant, les Cuban Five n'étaient pas libres et Gerardo continuait à se voir condamner à vie deux fois.

La campagne pour leur libération continuait inlassablement, avec, comme points d'orgue, les journées de lobbying, organisées par le Comité international Free the Five dans l'enceinte du Congrès des Etats-Unis ainsi que la Commission d'enquête internationale à Londres, initiative au niveau européen. Au moment de la libération des trois prisonniers cubains restants, nous étions occupés avec une lettre de Noël adressée à Obama. Cette lettre avait d'ores et déjà recueilli des centaines de noms de lauréats du prix Nobel ainsi que d'acteurs renommés au niveau mondial, des hommes et femmes politiques, des dirigeants syndicaux, etc.

Obama s'est, enfin, engagé sur la voie du rétablissement des relations avec Cuba. Il a répondu à la condition explicite des Cubains: la libération des Cuban Five restants. C'est également le début de la fin d'un blocus qui, depuis plus d'un demi-siècle, étrangle l'île.

Nous partageons l'immense joie du peuple cubain pour le retour de ses héros, le bonheur des familles qui, après tant d'années de séparation, de douleur et d'incertitude, sont à nouveau réunies. Par téléphone depuis La Havane, Gerardo nous a demandé de remercier vous tous de votre engagement permanent. Ainsi:

Un très grand merci pour tout votre soutien et HASTA LA VICTORIA SIEMPRE!

 

Katrien Demuynck
Présidente du Comité belge pour la libération des Cinq
Coordinatrice européenne de la campagne Free the Five


 

 

Ce qui a précédé

La sale guerre contre Cuba a déjà fait 3.500 victimes. Pourtant, à Miami, les terroristes circulent en liberté. Parmi ceux-ci, par exemple, Orlando Bosch. Il est responsable d'avoir détruit en vol un avion de ligne cubain. Bilan: 73 passagers et membres d'équipage tués.
Le gouvernement cubain a donc décidé d'infiltrer les réseaux terroristes afin d'éviter de nouveaux bains de sang. Le 17 juin 1998, les autorités cubaines remettaient au FBI un dossier établi sur base des informations rassemblées par les cinq.
Le 12 septembre 1998, le FBI arrêtait, non pas les terroristes, mais bien les cinq Cubains qui avaient fourni les informations les plus accablantes. Ils étaient placés 17 mois durant en isolement complet, ce qui rendait très difficile tout contact avec leurs avocats. L'accusation faisait état de «conspiration à des fins d'espionnage» et de «conspiration à des fins de meurtre». Il s'agit d'une accusation politique typique, pour laquelle il suffit de prouver la seule intention et non les faits. Après une parodie de procès au cours duquel le jury s'est laissé intimider, où les accusés et leurs avocats n'ont pas eu accès librement à leurs dossiers et où l'on n'a retenu aucun témoignage en faveur des cinq, ces derniers ont été condamnés au total à 4 fois la prison à vie et à 75 ans de prison! Ils sont incarcérés dans cinq Etats différents, dans les conditions des plus sévères et inhumaines, comme s'il s'agissait de criminels dangereux pour l'Etat.
Le procureur admettait lui-même, un an après le procès, que toute personne perçue comme sympathisante du gouvernement cubain, n'avait aucune chance, à Miami, d'avoir un procès équitable.

 

Qui sont les Cinq Cubains?

         Antonio                  Fernando                 Gerardo                     Ramón                       René

Le droit à la visite frustré pour deux des épouses des Cinq